le couple paysan - coordinateur, quels rôles et quels enjeux ?

Actualité - 30/04/2016

le couple paysan - coordinateur, quels rôles et quels enjeux ?

Synthèse des rencontres nationales des paysans en AMAP à St Herblain les 16 & 17 janvier 2016 sur ce binôme indispensable dans les AMAP





Questions posées par les participants en début d’atelier :  
-      Quand on cherche des coordinateurs, quelles qualités met-on en avant ?
-      Beaucoup repose sur le coordinateur. Comment faire pour qu’il ne s’épuise pas ?
-      La relation du producteur avec le coordinateur est vitale. Comment la favoriser ?
-      Le coordinateur a un rôle varié, il est pièce maîtresse du système, y compris pour encourager de nouveaux amapiens. Comment l’aider ?
-      Quelles sont les limites du rôle du coordinateur ?
-      Il n’est pas toujours facile de trouver un coordinateur. En prendre soin.
-      Dans  les  différentes  AMAP  d’un  producteur  (ex :  pain),  les  outils  utilisés  sont  souvent différents,  car  créés  par  les  coordinateurs,  ce  qui  pose  problème  au  producteur.  Quelle solution pour uniformiser les outils ?
-      Une  coordinatrice se  sent  perdue  et  peu  guidée  avec  les  outils  qu’elle  doit  utiliser.  Quelle solution ?

Observations faites par les participants en début de séance :  
•    En 10 ans, j’ai vu évoluer le rôle du coordinateur pour pérenniser les AMAP.
•    Le coordinateur est bénévole. Il est nécessaire de l’encourager.
•    Il arrive que le coordinateur soit de bonne volonté, mais n’assure pas toujours.
•    Inversement, parfois le coordinateur sent que le producteur est peu impliqué.
•    Producteurs, nous mettons une partie de notre résultat entre les mains des coordinateurs. Le coordinateur a donc une grosse responsabilité. Il est donc important qu’il sache travailler.
•    Producteur :  chez  nous  il  n’y  a  pas  d’AG  de  l’AMAP,  donc  j’aimerais  pouvoir  rendre  des comptes aux amapiens mais actuellement je ne peux pas.
•    Gros travail lors du renouvellement des contrats.


En réponse à la question posée par la problématique « le couple paysan / coordinateur, quels rôles et quels enjeux ? » , on retiendra que l’enjeu est triple : la motivation de chacun, la cohésion du groupe et l’efficacité de la gestion pour le producteur.

1-  le plaisir et l’engagement de chacun

Pour le coordinateur : plaisir de s’engager personnellement. Pour le producteur : sentiment de solidarité et possibilité de trouver des volontaires pour le soutenir dans son travail.
Le travail du coordinateur est multiple : il est l’interface primordiale entre le producteur et les Amapiens, il a donc une réelle responsabilité. Sa mission est triple :  
-      L’animation (auprès des Amapiens), comme le producteur. Il doit avoir un « relationnel ». 
-      En contact permanent avec les Amapiens, il entretient l’esprit de l’Amapen aidant les Amapiens à être non pas consommateurs mais acteurs
-      Il a des qualités organisationnelles (livraisons, commandes, contrats) en lien avec le producteur. En particulier lors du renouvellement des contrats.

Au total, une responsabilité assez grande, parfois un peu lourde, pour certaines productions. De la qualité du travail qu’il fait et de la relation que le coordinateur entretient avec son producteur, peut
dépendre la réussite de l’Amap pour le producteur. Responsabilité importante. En parallèle, le producteur a besoin de pouvoir se reposer sur le coordinateur, en toute confiance. Sa charge de producteur-paysan est déjà bien lourde.
Solutions pour que le coordinateur se sente soutenu et encouragé et que le producteur et le coordinateur trouvent plaisir à travailler ensemble :   
•    Avoir des moments de rencontres et d’échanges entre le producteur et le(s) coordinateurs.  
•    Encourager les coordinateurs.  Le coordinateur donne du temps et de l’énergie.
•    Pour le coordinateur : savoir exprimer ses difficultés et ses questions d’abord auprès du producteur
•    Être formé aux outils à utiliser.
•    De temps en temps une rencontre festive (CA, dégustation)

2-  La cohésion du groupe

Quelques remarques exprimées :  
-      Important pour le producteur de trouver sa place auprès des coordinateurs, dans l’équipe de l’Amap, et dans le CA. Parfois il n’est pas invité aux CA, on peut s’interroger sur cela..
-      Pour les amapiens : échanger avec les producteurs sur leur activité, leurs joies et leurs difficultés.  Occasions diverses : dégustations, visite de la ferme, se retrouver de temps en
temps à l’AMAP
-      Pour tous : rôle important du responsable de l’AMAP. Il a un rôle important d’animation et sa présence à chaque séance est très utile.

Solutions :  
•    Desrencontres conviviales coordinateurs + producteurs / coordinateurs+ Amapiens / coordinateurs de différentes Amaps du même produit.  
•    Pour les coordinateurs : le travail en binômede coordinateurs peut constituer un soutien fort pour chaque coordinateur. On connaît des binômes très joyeux et fort efficaces ! Les coordinateurs d’un produit peuvent ainsi se relayer.
•    Des petites douceurs que sont les dégustations, et des moments joyeux, partage de recettes..
•    La présence des coordinateurs et du responsable de l’AMAP aux séances d’AMAP.
•    Parfois un bulletin d’info sur la production, la ferme, les animaux, la préparation des plants,

3-  L’efficacité de la gestion

C’est un enjeu important de la relation coordinateur /producteur. L’efficacité du travail repose entre autres sur l’utilisation d’outils adaptés pour le coordinateur, qui est plein de bonne volonté mais a besoin d’être accompagné lorsqu’il prend en charge sa mission.
Deux types d’outils :  
•    Pour la tenue des permanences (pour certains produits comme les légumes, le pain, le fromage), certains utilisent l’inscription sur un tableau papier, et cela marche très bien. D’autres préfèrent un système par internet, qui fonctionne, sauf en cas d’absence de dernier instant.
•    Pour la gestion des livraisons, commandes et règlement des contrats, la difficulté dépend de deux facteurs : la fréquence des livraisons et la possibilité de commander des produits
différents à chaque séance.

On distingue 3 niveaux de complexité des outils, selon la fréquence des livraisons et la possibilité pour l’Amapien de faire varier sa commande à chaque distribution :  
1.   Une distribution par saison (ex : agrumes, miel), ou un produit simple mais fréquent (ex : œufs) : le producteur est présent, et le remplissage du tableau se fait par le coordinateur et le producteur.
2.    Pour des produits à contrat fixe sur un semestre ou une année, la commande et le règlement se font en début de contrat. Le plus souvent le producteur ne peut pas être présent à chaque séance et doit livrer plusieurs AMAP au même moment. L’outil est un peu plus complexe que dans le cas précédent. En général le producteur a créé un outil (souvent avec l’aide d’un ami informaticien). Un temps est nécessaire au coordinateur pour s’habituer à l’outil.  
3.    Pour des produits dont la commande peut varier d’une séance sur l’autre, ou « panier variable » (ex : pain, ou certains fromages), le système est plus complexe. La diversité est attirante pour l’amapien, qui, au-delà de venir chercher les pains commandés, exprime son goût et son souhait pour la séance suivante. Le résultat est positif puisque la demande globale des amapiens est en moyenne 20 % plus élevée que dans les AMAP où la commande est fixe. Mais ce système est plus compliqué à gérer pour les coordinateurs et les tableaux de commande / livraison plus complexes. Le travail des coordinateurs est plus important et leur besoin de formation aux outils l’est égalementplus.

Des solutions pour les outils :
Le coordinateur qui part forme le coordinateur nouvel arrivant  qu’il y ait plusieurs coordinateurs pour un producteur dans le cas du « panier variable ».
Une équipe se crée et s’entraide. Le producteur, aidé le plus souvent par un ami informaticien, propose des outils au coordinateur et le forme  des outils et une formation proposés par l’InterAmap ? Pourrait-on imaginer un des outils simples, qui seraient mutualisés, si le producteur n’en propose pas ?
Utiliser l’outil internet « panier local » pour gérer les commandes et soldes des Amapiens.
Certains producteurs et coordinateurs l’utilisent. Outil qui laisse l’Amap libre de participer financièrement à ce système (du moins jusqu’à aujourd’hui).  Tarif annuel possible supporté par l’AMAP : 1 € par adhérent de l’Amap.
En définitive, l’important est que le coordinateur se sente épaulé et accompagné pour découvrir les outils.

Comme le disait l’un des participants, le couple paysan / coordinateur vit une histoire d’amour, qui repose sur l’échange et l’harmonie. On souhaite longue vie à ce couple !