Fixation du prix des paniers

Fixation du prix des paniers

2 méthodes très différentes sont utilisées pour fixer le prix du panier:






Prix fixés à partir des prix du marché: 

Dans cette méthode le producteur reste dépendant du prix du marché quelque soit son travail et ses charges de structures et de fonctionnement, il subit l'assaut des prix du marché des produits labellisés "BIO" dont l'origine géographique n'est pas toujours connue.

Souvent il ne distribue pas 100% de ses produits en AMAP et à du mal à sortir de la logique implacable du marché qui le conduit vers des prix toujours plus bas.

Il peut pratiquer plusieurs tailles de paniers (petit, moyen et grand) pour lesquels il y a un prix différent (10, 15 et 20 € par exemple) . 
 
Chaque famille choisit en fonction de sa consommation et de ses besoins. 
 

Prix fixé à partir des charges réelles et uniques du producteur:
 
C'est l'origine du concept des AMAP, il est basé sur une part de la récolte et donc indépendant du marché:

le prix du panier est la résultante du calcul suivant:
Somme de toutes les charges (salaires compris) / nombre de paniers réalisables = prix du panier.

Exemple:
1000€ de charges ramenées à la semaine
50 paniers distribués par semaine
= 20€ le prix du panier distribué toutes les semaines

Pour prendre en compte la taille du besoin des familles ce même panier à 20€ peut être fractionné en 2 paniers à 10€, à charge aux 2 familles se trouver la formule de la répartition.

Mais pour reprendre l'exemple: la base de calcul peut être identique en proposant des paniers à 10€

10€ x 100 paniers = 1000€ de charges hebdomadaires
dans ce cas une famille peut prendre 2 paniers à 10€

conclusion:
Chaque producteur est unique par son installation, par son cheminement et par son expérience et la méthode retenue par le producteur doit être respecté des mangeurs. Il est pas facile de se soustraire de l'empreinte du sacro-saint prix du marché, du toujours plus bas en mondialisant les approvisionnements ou en agrandissant à l'infini la taille des exploitations.

la 2ème méthode permet d'assurer une réelle rémunération garanti du producteur, tandis qu'avec la première méthode la rémunération reste dépendante du marché (40% des agriculteurs gagnent moins du SMIC en France en 2010, les revenus des agriculteurs ont chuté de - 34% en 2009 toutes agricultures confondues bio ou pas)