Les amaps dans le 44

En Loire-Atlantique le phénomène AMAP est très dynamique. Il a débuté en 2003 aux Sorinières. Il y a plus 120 AMAPs (plus forte densité de France) et le nombre d'AMAPs continue à augmenter doucement.

En Loire-atlantique, le phénomène AMAPs est marqué par son dynamisme

Le développement des AMAPs en Loire Atlantique est récent mais il est particulièrement dynamique, puisque leur nombre a doublé chaque année entre 2003 et 2008, même quand il est passé de 25 à 50 en septembre 2009.
Début janvier 2014, 120 AMAPs étaient déclarées sur le site internet, auprès du réseau AMAP44. En réalité ce sont 120 lieux, une AMAP étant bien un contrat avec un producteur, la plupart des AMAPs (lieux) comporte plusieurs AMAPs (contrats): donc, des centaines d'AMAPs en Loire atlantique, depuis 2003.

C'est probablement le résultat de plusieurs phénomènes:
  • Une très forte "demande" - surtout pendant les années de décolage - c'est à dire un nombre important de personnes et de familles qui souhaitaient rejoindre une AMAP. Cela associé à la forte "visibilité" des AMAPs avec le site Internet, a amené les listes d'attentes dans les AMAPs à ne pas désemplir.
  • Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. La croissance du nombre de mangeurs est moins importante, beaucoup de producteurs ont rejoint de réseau et diverses formules de vente de paniers, vente à la ferme, sur le lieu de travail, proposent des formules moins "contraignantes" (mais également moins riches socialement, économiquement et environementalement). Il a également depuis 2009 un réel effet crise qui touche les porte monnaies, et mesuré dans les enquête auprès des familles.
  • La saturation des listes d'inscription a favorisé un essaimage très vivace des AMAPs. De plus, nombreux sont ceux qui quittent une AMAP et en créent une autre dans un lieu qui leur conviendra mieux. Ceux qui sont passés par des AMAPs sont souvent des moteurs de cet essaimage.
  • L'accompagnement des créateurs d'AMAPs et producteurs est aussi l'une raisons de cet essaimage.
  • La faible disponibilité de producteurs, surtout maraîchers, pour fonctionner en AMAPs a été l'une des difficultés au début. Le phénomène a favorisé de nouvelles installations et un intérêt pour les producteurs qui sont donc toujours disponibles pour de nouvelles AMAPs.
  • Désormais ce sont les porteurs de projet pour créer de nouvelles AMAPs qui manquent, les familles intéressées restent nombreuses (selon les quartiers) et des producteurs sont disponibles et dans l'attente de nouvelles AMAPs

Un collectif qui anime

La principale particularité du phénomène AMAPs en Loire-Atlantique est que le réseau local des AMAPs est animé par le bénévolat de militant mangeurs en AMAPs, sans structure ni hiérarchie. Les réunions du collectif montrent pourtant une forte mobilisation des membres puisque producteurs et mangeurs se réunissent pour fonctionner main dans la main.
Ce collectif se nomme Interamap 44, il possède une liste de diffusion et en son sein les militants s'impliquent dans diverses activités de soutien au développement des AMAPs (site internet, outils numériques divers, parrainage, projet poissons, communication, aéroport, etc.)
Le collectif se compose d'un collège mangeurs et d'un collège producteurs qui peuvent accompagner ceux qui se lancent dans l'aventure comme producteurs ou comme groupe de mangeurs.
Les AMAPs sont enfin réunies au sein d'un site Internet qui fédère le réseau et met à disposition des outils spécifiques pour les AMAPs et les circuits-courts.

Comment trouver une AMAP en Loire Atlantique?

Dans le 44, pour trouver ou rejoindre une AMAP, il y a bien entendu le bouche à oreille, mais il y a aussi le site Internet du réseau, qui vous permettra:

  • D'identifier les AMAPs près de chez vous
  • De vous inscrire sur liste d'attente ou contacter un responsable de l'AMAP
  • De rejoindre un projet d'AMAP en création

Pour cela, vous pouvez créer un compte sur le site Internet ou rechercher dans la carte des AMAPs.