Les particularités du système

Qu'est ce qui différencie vraiment les AMAPs des autres modes de consommation?


Ce point très important puisque l'on parle de plus en plus d'AMAPs, on les cherche ou on veut en avoir dans la commune, sans toujours bien savoir à quoi cela correspond et ce que cela implique.

Ces éléments sont proposés en vrac et ils visent à donner un peu plus de corps aux présentations habituelles sur les AMAPs.

Ce qui est très spécifique au système:

  • C'est réellement un lieu de démocratie directe avec en général pas d'association, des structures légères (un nombre de familles limité), pas de chefs ou de hierarchie mais des coordinateurs. Quelque fois une association est créée, notamment à la demande de la commune qui prête une salle, mais ce n'est pas une obligation.
  • Ce sont des contrats individuels entre consomm'acteurs et un ou plusieurs producteurs locaux. C'est donc de la vente directe et une relation humaine directe entre chaque mangeur et son producteur. L'AMAP n'est pas un groupement de commande de produits biologiques. L'AMAP ne fonctionne que par les prises d'initiatives des membres.
  • Il y a en général une logique de transfert des valeurs de ce qu'est une AMAP, des anciens membres vers les nouveaux, avec une rotation des rôles et des responsabilités pour que l'implication soit répartie et demande peu de temps à chacun. C'est aussi un gage de pérennité.
  • Il convient de respecter et d'appliquer les règles de fonctionnement et les engagements pris par le producteur et le mangeur. Cela permet de créer la confiance au sein de l'AMAP. C'est souvent le manque de communication et de confiance qui peuvent aboutir à ce qu'une AMAP s'effondre, et c'est alors un coup dur pour le producteur qui s'engage sur le long terme.
  • Pour le producteur, une AMAP c'est un changement d'approche, le fait d'avoir un contact direct, de nourrir des familles, d'avoir un échange, de cultiver différents produits, d'avoir un retour direct sur son travail, sur la qualité.
  • L'AMAP c'est un peu une transformation de la manière de vivre, de consommer, de produire. Très peu retournent à autre chose.
  • Le prix des paniers est plutôt lié au coup réel de sa production. C'est pour cela qu'il est difficile de comparer les prix, que ce soit avec des grandes surfaces même biologiques, ou avec d'autres producteurs. C'est parfois un peu plus cher, mais la consommation en AMAP fait évoluer la démarche d'approvisionnement et d'alimentation et au final beaucoup de mangeurs trouvent qu'il ne s'agit pas d'un luxe que de consommer en AMAP.
  • Beaucoup d'amapiens sont actifs pour faire vivre leur AMAP. Il y a des consommateurs passifs ou qui n'adhèrent pas aux valeurs, qui découvrent la réalité, les contraintes, etc. Si les notions de solidarité, de risques partagés et de coup de main au fonctionnement ne leur conviennent pas ils peuvent toujours partir, les contrats ne sont en général que de six mois.
  • L'AMAP c'est une logique de soutien, de solidarité avec des agriculteurs paysans, aussi, beaucoup d'AMAPs s'associent à des agriculteurs qui vont être dans des démarches de conversion, ou qui s'installent, en le soutenant, et ne partageant les risques. Le producteur n'est pas obligatoirement labellisé agriculture biologique, ce n'est pas dans la charte. Mais il y a un réel engagement, une démarche de conversion, le refus des intrants chimiques, etc. L'AMAP ça peut aussi être le soutien d'un projet d'installation et les premiers légumes au bout d'un an...